Nouvelles

[FRA] Todas las noticias relacionadas con diferentes actividades de FECOGA.

La France sacrifiera 600.000 canards pour éradiquer la grippe aviaire

La France sacrifiera 600.000 canards pour éradiquer la grippe aviaireDes canards dans une ferme du sud-ouest de la France, en décembre 2015. AFP

Artícle de Carlos Yarnoz, publié au journal "El País" du 21 de février 2017.

Le Gouvernement applique la radicale mesurée dans toute la zone des Landes

La France s'est vue obligé encore un an de prendre une mesure radicale pour finir avec le foyer de grippe aviaire détecté au début de l'hiver. Plus de 600.000 canards de la zone des Landes seront sacrifiés aux heures suivantes dans une action coordonnée dans des centaines de fermes, comme a annoncé ce matin le ministre de l'Agriculture et porte-parole de l'Exécutif, de Stéphan Le Foll.

Le ministre a dit à la radio France Bleu Gascogne que, bien que beaucoup d'oiseaux se soient sacrifiés dans le pays dans cet hiver - plus de 1,3 millions-, il faut tuer tous les canards du lieu "pour essayer de stabiliser la zone". Des foyers de grippe aviaire apparaissent presque toutes années en Europe, et spécialement en France.

La décision du Gouvernement est adoptée après que les agriculteurs réclamaient des mesures drastiques pour couper l'épidémie. Dans les Landes, à l'ouest de la France, il y a 535 fermes dédiées à l'exploitation avicole qui emploient plus de 5.000 personnes. Dans cette zone se produit 25 % du foie gras de la France.

Depuis quelques semaines, certains de ces fermes avaient continué le sacrifice massif de canards et réclamaient la mort de tous dans la région pour contrôler le foyer de grippe. Dans ces cas, le Gouvernement indemnise aux exploitations, qui arrêtent son activité temporairement. Pratiquement toutes les années la France subit des épidémies de ce type.

Le virus de la grippe aviaire, le H5N8, a déjà provoqué au début d'un janvier les premiers meurtres de canards en France, et spécialement dans le Sud-ouest, où déjà plus de 300 fermes ont été affectées. Les fermiers estiment dans 210 millions d'euros les pertes imputées cette année vers l'épidémie.

Le risque de ce que l'épidémie se déplace en Espagne, ils pensent dans le Ministère d'Agriculture, il est bas. L'époque la plus propice pour cela, ils marquent, il a déjà passé, "bien qu'il y n'ait jamais zéro risque".

                                                Artículo publicado por Juan Manuel Garmendia

Contributeurs
Gobierno Vasco MRW Hotel de Londres Vichy Catalán Hazi Autocares Díez